mardi 22 décembre 2015

Et Si On En Parlait : Côte d’Ivoire-Politique / Mort du Général Guéï Robert

Séka Séka l’exécuteur du Général : «J’ai dégainé et logé une balle dans sa tête. Une balle aussi pour sa femme»
L
’enquête sur l’assassinat du général Robert Guéi a été bouclée a annoncé ce lundi, le procureur militaire, Ange Kessi affirmant par ailleurs que quatre militaires sont inculpés dans cette affaire et des prêtes seront entendus au moment du procès...

Il s’agit selon lui, du commandant Séka Yapo Anselme pour enlèvement et assassinat, du général Dogbo Blé, du Lieutenant-colonel Katet Gnatoa et du capitaine Sakanoko Mory, ex-officier adjoint du CECOS, pour complicité d’enlèvement et d’assassinat. «L’enquête vient de se terminer parce ce que les principaux suspects sont tous arrêtés et en détention donc entre les mains de la justice» a indiqué Ange Kessi.
L’un des prévenus a également fait des aveux au sujet de la mort du président Robert Guéi. «Dans son audition le commandant Seka a déclaré que c’est le général Dogbo Blé, colonel au moment des faits, qui a arrêté le général Guéi à la cathédrale au Plateau. Quand il est arrivé sur les lieux de l’arrestation, Séka Anselme a demandé à Dogbo Blé de lui remettre le général Guéi, ce qui fut fait. Séka a ensuite conduit le général Guéi vers la corniche, l’a exécuté et a abandonné le corps sur les lieux. De retour à la résidence du général Guéi, il trouve son épouse tout près de la résidence. Sans autre forme de procès, il dégaine tire et loge une balle dans la tête de dame Doudou Guéi qu’il tue sur le champ» a-t-il déclaré, expliquant les circonstances de la mort du couple Guéi.
Le commissaire du gouvernement a précisé que les déclarations sur la mort de l’épouse de Guéi ont été confirmées par deux témoins. «Deux militaires témoins oculaires ont été entendus, ils étaient présents au moment des faits et ont vu le commandant Séka Séka tirer une balle dans la tête de dame Doudou Guéi» a mentionné Ange Bernard Kessi. Séka Yapo Anselme aurait justifié l’assassinat de Rose Guéi en ces termes. «Interpelé pour s’expliquer, Séka a répondu qu’il ne supportait pas que tous les proches du général Guéi fussent tués ou arrêtés alors qu’elle seule était en vie. Concernant le général Guéi il a justifié son assassinat par le fait que des renseignements lui sont parvenus selon lesquels le général Guéi et SE monsieur Alassane Ouattara alors président du RDR avaient préparé et faisaient exécuter un plan pour renverser le régime de Gbagbo» a-t-il précisé.
En dépit de leurs inculpations pour enlèvement et assassinat de plusieurs personnes dont le général Guéi Robert, Séka Yapo Anselme et tous les autres auront le droit de recevoir la visite de leurs avocats. Pour ne point se focaliser sur les aveux qui ne sont guère mère de vérité, selon le commissaire du gouvernement, des confrontations interrogatoires et auditions des témoins seront accomplies.
«Les prêtres qui étaient présents à la cathédrale, le chef d’Etat-major et le commandant supérieur de la gendarmerie nationale et le chef des services de renseignement au moment des faits seront entendus» a-t-il averti.
En attendant donc l’ouverture du procès sur l’affaire Guéi, ce mardi démarre le procès du général Dogbo Blé à la grande salle de la cour d’appel d’Abidjan.
L’inculpé et cinq autres militaires sont poursuivis par le ministère public pour assassinat du colonel major Dosso en 2011. 
Xalimasn.com

Aucun commentaire: