mardi 12 mai 2015

Tapha Tine, un géant aux pieds d’argile ?

Battu facilement par Ama Baldé
Tapha Tine, le Géant de Baol Mbollo
L
a défaite de Tapha Tine le Géant de Baol Mbollo face à Ama Baldé le dimanche passé n’a certes pas surpris les amateurs, mais c’est la facilité avec laquelle il s’est incliné qui laisse croire que ce serait un Géant aux pieds d’argile...

Pour de nombreux techniciens, il était perçu comme le favori de ce tournoi. Oui, Tapha Tine, du point de vue expérience, est mieux placé qu’Ama Baldé. Victorieux d’Abdou Diouf (Walo), Thièck (Pape Boston), il a aussi croisé sur son chemin deux (2) Rois des arènes (Bombardier et Balla Gaye 2). Fort de cela, il partait avec la faveur des pronostics.
Seulement, ses défaites devant Bazooka (Mbour Bollo) le 26 juillet 2008 et face à Balla Gaye 2 le 2 juin 2013 laissaient déjà à réfléchir sur ce lutteur qui n’avait visiblement aucune technique de combat.
En corps à corps avec Bazooka, dans le feu de l’action, il essaya de culbuter son adversaire de plus de 100 kg en se tenant sur une seule jambe. Du coup, il s’affaissa lui-même sous leur poids étant donné qu’il a lui aussi plus de 100 kg. Alors comment pouvait-il soulever plus de 200 kg en se tenant sur une seule jambe ?
Contre Balla Gaye 2, Tapha Tine n’a même pas lutté. Tenaillé par la peur, il fuyait le combat, et n’osait même pas lever la main pour donner le moindre coup à l’adversaire qui finira par le boxer et le clouer net.
Contre Ama Baldé, il se laissera envahir. Le «petit» prend le soin de l’acculer et même de diriger le combat devant ce géant de 1m98 pour 135 kg de muscles. Ama Baldé mena une fausse bagarre pour distraire l’adversaire. Avec son petit gabarit (comparativement à Tapha Tine bien sûr), il ne pouvait ni se permettre une quelconque bagarre, ni le corps à corps. Son seul salut était de surprendre le Géant en prenant sa jambe d’appui, comme l’avait fait Baboye face à Bombardier en 2006. Même dans le feu de l’action, les mouvements et gestes d’Ama Baldé laissaient entrevoir cela. Et tout le monde s’attendait à ça, tout le monde savait ça, tout le monde voyait ça venir, sauf Tapha Tine.

Koné Mamadou, New York (USA)