jeudi 26 mars 2015

Et Si On En Parlait… Quand un expatrié donne des conseils

«Ça ne vaut rien mes frères. Il n’y a que souffrance… !»
«M
es chers frères et sœurs, écoutez mes conseils. Faites à cause de Dieu ! Tous ces gens qui sont expatriés, travaillent dans la souffrance. Vous voyez ce qui tombe du ciel ? Ce n’est point la pluie, c’est la neige...

 C’est très glacé. Et c’est sous ce froid glacial que nous sortons pour aller travailler, pour économiser tout doucement pour vous envoyer au pays pour que vous réalisiez certains de nos projets.
Malheureusement,  nombreux d’entre vous dilapident cet argent dans des bêtises et mentent à leurs parents expatriés.
Ayez peur de Dieu car c’est du péché que vous commettez.
 Toutefois qu’un aventurier vous fait partir une somme, aussi petite soit-elle, utilisez-la à bon escient, pour le projet qu’il souhaite réaliser. Je vous en supplie. Ne jouez pas, ne dilapidez pas l’argent des expatriés car ils le gagnent dans la souffrance.
Tous les pays Toubabs sont pareils mes frères. Il n’y a que souffrance !
Un petit conseil pour ceux qui veulent venir.
 Si tu as un bon travail au pays, restes-y, accroche-toi, ne l’abandonne pas pour venir ici, sinon tu vas le regretter amèrement.
Ne vend pas ta cour pour venir en Amérique, ne vend pas ta maison pour venir en Amérique, ne vend pas ton véhicule pour venir en Amérique. N’abandonne pas ton travail pour venir en Amérique. 
Il n’y a rien ici, ça ne vaut rien mes frères. Il n’y a que souffrance… !
Foye tai mbadélou, Foye tai, fô Tôrôyah»
Koné Mamadou, New York (USA)