vendredi 2 janvier 2015

En nette ascension dans l'arène

Diène Kaïré, Yanda et Wouli 2 forcent le respect
Diène Kaïré (écurie Soumbédioune)
E
n si peu de temps, ces trois (3) jeunes lutteurs ont su s’imposer, ils ont su imprimer leurs marques au fil des victoires qu’ils ont signées sur des adversaires parfois très redoutés. En nette ascension dans l’arène, ils sèment terreur et crainte sur leur passage, leur nom se prononce désormais avec plus de respect et de considération...

Diène Diouf Kaïré : Décembre 2013 / décembre 2014
Le Lakanetane, fils du président Boy Kaïré (Soumbédioune) est le plus jeune de ces trois gladiateurs des temps modernes. En un an, il a fait parler de lui. Déjouant tous les pronostics. Sous-estimé par certains à cause de sa défaite enregistrée face à Pape Mbaye 2 (école de lutte Mor Fadam) en juin 2013, peu sont ceux qui le voyaient battre Konia (Habib Ndiaye). Mais le 29 décembre 2013, il domine son vis-à-vis dans un combat aussi rapide que technique.
Le poulain d’Habib Ndiaye n’a vu que du feu, car n’a pas eu le temps de réagir. Le 4 avril 2014, soit 4 mois après Konia, Diène Kaïré bat Malaw Séras (écurie Falaye Baldé), son aîné en art et en âge. Et cette saison, le 21 décembre 2014, il confond Boy Baol (écurie Olympique de Ngor) son 3ème adversaire dans l’espace d’un an. De décembre 2013 à décembre 2014, il a signé trois (3) victoires qui le propulsent et qui font douter les prochains adversaires qui ont forcement changé leur opinion sur le Lakanetane de Soumbédioune.
Yanda: trois belles victoires
Yanda (écurie Parcelles Mbollo)
Tout comme Diène Kaïré (Soumbédioune), le poulain de Moussa Dioum (écurie Parcelles Assainies Mbollo) a su revenir après une défaite. Battu le 25 juin 2012 par Pape Fall (écurie Mbaye Fall), Yanda a également inscrit trois victoires de suite pour revenir. Il a signé ces sacres au détriment de combattants durs à cuir. Il s’agit de Fifty Cent (école de lutte Mor Fadam) qu’il a plié le 23 février 2013, avant de dompter Santang Gningue (écurie Mbour Bombardier) le Tigre de Yoff le 25 janvier 2014. Pour la présente saison, il a surclassé Trompeur (Thiaroye Mbollo) le 27 décembre passé. Sa fougue et sa combativité sont à craindre.
Wouli 2 : L’espoir du Baol
Wouli 2 (écurie Baol)-Archives
Combattant très incisif et pugnace, Wouli 2 (écurie Baol) reste sur une série de cinq (5) victoires consécutives. Comme les précédents (Diène Kaïré et Yanda), lui aussi sortait de défaites avant de se révolter. Surpris par Konia (Habib Ndiaye) le 16 février 2013, coup su coup, il se montrera supérieur devant tous les autres lutteurs qu’il a croisés. Cheikh Bendia (écurie Tay Shinger) ne fit pas le poids devant lui le 30 mars 2013. Il n’a laissé aucune chance à Balla Gaye Jr (école de lutte Balla Gaye) et Flikiss (écurie Diamaguéne Sicap Mbao) qu’il laminera respectivement le 31 mai et le 8 décembre de la même année. Son premier gros morceau fut Ndiaye Malick, un autre lutteur de l’écurie Tay Shinger battu avec la manière le 22 juin 2014.
Le poulain de Mbaye Diouf offrira un cadeau anticipé du nouvel an à son adversaire Building (Pikine Mbollo) qu’il boxa et lamina dans tous les compartiments du combat le dimanche 28 décembre dernier. 5 victoires consécutives qui ouvriront certainement d’autres portes à Wouli 2.
Au bout de quelques combats, Diène Diouf Kaïré, Yanda et Wouli 2 s’affichent déjà comme de véritables espoirs incontournables, dont la seule prononciation de leur nom suffit pour semer terreur et confusion dans le camp des prochains adversaires potentiels qu’ils ont d’ailleurs indiqués.

Koné Mamadou, New York (USA)

Aucun commentaire: