samedi 29 novembre 2014

TAEKWONDO : 10ème Coupe du monde francophone (Dakar, les 28 et 29 novembre 2014)

 Gorame Karé sauve l’honneur!
Gorame Karé sur la plus haute marche
E
n abritant cette prestigieuse compétition, les sénégalais avaient provisionné un minimum de quatre médailles d’or. Mais, c’était sans compter avec la détermination des combattants venus d’autres horizons qui ont bataillé ferme, empêchant aux Balla Dièye, Bineta Diédhiou et Mbassa Sakho de faire la fête...

Taekwondo (Image d'archives)
En effet, nos lions sont tombés au champ d’honneur devant des combattants qui en voulaient peut-être plus. Il est vrai que la pression était trop forte pour nos leaders, mais, au plan purement sportif, ils sont passés tout simplement à côté. « Je ne peux expliquer ce qui m’est arrivé. De toutes les façons, je le mets sur le compte de la contre performance. Mon adversaire a saisi sa chance et cette défaite à la première reprise me motive pour le reste de mon programme. » Nous confie Balla Dièye avec un air très sportif.
Balla Dièye ouvrant les hostilités a plié devant l’ivoirien Logbo Peken Othniel devenu du coup un sérieux adversaire pour les autres candidats au sacre dans cette catégorie des moins de 68 kg. D’ailleurs, très en verve et plus motivé que jamais, il a battu en finale Bella hadji Illyés de l’équipe de France. La coupe du monde a été d’ailleurs remportée par la Côte –d’Ivoire grâce à cette victoire finale de l’ivoirien sur le français.
Même cas de figure pour Bineta Diédhiou, mais, à un degré moindre, qui a perdu aux points en quart de finale devant la congolaise Mwaka Masale Glody. Malheureusement, Glody a perdu en finale devant la française Céline Lorigan dans la catégorie des moins de 57 kg.
« Ce qui me fait le plus mal, c’est d’avoir perdu mon titre devant mon public. Mais, c’est le sport et je vais continuer à travailler pour les compétitions à venir et je crois que cette défaite va davantage me booster. Aujourd’hui on gagne demain on perd. Les conditions n’étaient réunies mais cela n’est pas seulement la raison. C’est du sport et il faudra encore travailler » a dit Bineta Diédhiou qui a totalement mûri et a gagné en expérience. En séniors dames, Aminata Cissé Diédhiou sœur cadette de Bineta Diédhiou a obtenu la médaille d’argent et Mbassa Sakho la médaille de bronze dans la catégorie des plus de 67 kg.
Pour la journée, il aura fallu Gorame Karé pour que le stadium Marius Ndiaye soit en «feu». Gorame a fait un parcours excellent et a mis tous ses adversaires d’accord avant de battre en finale le nigérien Souleymane Ali non sans difficulté. «Que l’on me donne les moyens nécessaires pour que je me qualifie aux JO de 2016. Je suis prêt et très motivé. Quand j’allais aux USA j’étais 6ème mondial, je suis actuellement 19ème mondial à cause des tournois et compétitions que je rate au niveau mondial. Ce n’est pas normal. Pour le Sénégal, je devais remporter cette médaille d’or après avoir participé à l’open de Paris. J’ai combattu en finale avec une blessure au pied et je n’avais pas le droit de baisser pavillon. Merci au public à mes fans qui sont venus me supporter ce vendredi. Je leur dédie cette médaille d’or et aussi à mon épouse Mamy Karé»
Bravo à Abdoul Issoufou du Niger, meilleur combattant et Keleku Lukusa de la RDC meilleure combattante. Le titre de meilleur arbitre est allé à Emmanuel Preira du Sénégal. L’équipe du Togo le trophée de la combativité, fair-play à la délégation du Bénin, meilleure équipe masculine au Niger et meilleure équipe féminine la RDC.

Avec Senesport

Aucun commentaire: