lundi 23 décembre 2013

Que reste-t-il de Ndakaru après le départ des Lieutenants

Récemment Balayée de son piédestal
Yekini (ex Roi des arenes)
«Une seule hirondelle ne fait pas le printemps» nous dit l’adage. Ceci pourrait bien s’appliquer à Ndakaru la toute première école de lutte du Sénégal. L’ex-roi Yékini cherche toujours vaille que vaille à réhabiliter l’image de l’entité si chère à Amadou Katy Diop. Mais seul, Yakhya Diop ne pourrait pas recoller les morceaux. Alors que reste-t-il de Ndakaru après les départs de Yékini Jr, Malick Niang, Brise-de-Mer et tant d’autres ?...

Le charisme de Yékini dépassait le cadre sportif
Yékini avait régné sans partage durant 8 ans. De tous les Rois des arènes, il était celui qui s’était incrusté durement dans la mémoire des amateurs et autres amoureux de la lutte. A cheval entre plusieurs générations, il avait fait table rase autour de lui, laminant anciens, camarades de génération avant de croiser le fer avec les jeunes. Leader charismatique, il avait pu cristalliser toutes les attentions sur lui et sur Ndakaru. 8 ans durant, il avait résisté à toutes sortes d’attaques avec parfois des combats d’une autre dimension qu’il menait en dehors de l’arène. Ceci lui a valu toutes sortes de distinctions au plan national qu’international. A l’image d’un royaume qui a atteint son apogée et attend son déclin, la Montagne de Bassoule s’est lourdement effondrée le 22 avril 2012 alors que personne ne s’y attendait. «Mon souhait est de me retirer de l’arène sans connaître la moindre défaite» aimait-il à dire. Oh que nenni.
Que laisser à la postérité ?
Yekini Jr (ecurie Door Waar)
Le jeune virtuose Balla Gaye 2 (Balla Gaye) l’a mystifié le 22 avril 2012 à Demba Diop. Pour la première fois de sa vie, les arbitres n’avaient pas levé son bras en signe de victoire. Pour la première fois, Amadou Katy Diop et Robert Diouf avaient rué vers lui, pour le soulever de terre et l’aider à regagner son domicile. Mais durant ces 8 ans, il se formait, construisait la réputation de Ndakaru, mais préparait également sa relève. Yékini Jr, Malick Niang, Brise-de-Mer, Boy Ngaaye et bien d’autres jeunes chevaliers devaient prendre le flambeau et poursuivre la saga, hélas. 

Balla Gaye 2 bat Yekini
Le bilan historiquement catastrophique connu lors de la saison 2011-2012 semblait avoir sonné le glas de l’école. Comme un seul homme et de façon incompréhensible, la force vive, la substance de Ndakaru a migré ailleurs. Il s’agit de Yékini Jr, Malick Niang, Brise-de-Mer, Koukouma…, laissant sur place Yakhya Diop, l’indéfectible Alou Badou et le débutant Ablaye Ndiaye. A eux seuls, ils ne peuvent porter Ndakaru et lui redonner ses lettres de noblesse, déjà que les résultats sportifs d’Alou Badou sont exécrables et que rien ne prouve que Yékini pourra battre Eumeu Sène si le choc a lieu. Alors que reste-t-il de Ndakaru aujourd’hui ? Juste le nom, vestige d’une gloire antérieure ?
Mamadou KONÉ, East Hanover, New Jersey (USA

Aucun commentaire: