dimanche 13 octobre 2013

Yékini : un mythe éternel ?

Yékini (Ndakaru)-Archives


L
e quotidien des arènes Sunu Lamb, dans sa livraison N°2322 du 7 octobre dernier, s’ouvre à un certain Tapha Sonko. Féticheur diola qui affirme que l’ancien Roi Yékini (Ndakaru) a régné sur l’arène parce que son Nguimb était un pagne noué pendant 7 jours par une jeune fille vierge. Morceau de pagne qui lui avait été donné par Thiobong qui désormais, prie pour Balla Gaye 2 l’actuel Roi des arènes...

Pourquoi Thiobong n’a pas de champion ?
Tapha Sonko essaye d’expliquer que ses victoires, il les doit à un pagne de Thiobong. Et ses titres africains alors ? Pourquoi Thiobong n’a-t-il pas de champions de la trempe de Yékini ? Pourquoi, pourquoi Tapha ? Cet argumentaire est d’autant plus fallacieux que qui connaît la Casamance sait l’importance qui y est accordée à la lutte.
De simples joutes inter villages deviennent des moments de guerre mystique
Les joutes inter villages sont presque des moments de guerre mystique, les populations n’hésitant pas à assurer une préparation de choc à un lutteur prometteur. Si le sentiment identitaire poussé à l’extrême a conduit à une rébellion armée, comment imaginer que la Casamance arme et maintienne un Sérère au sommet là où ses fils se faisaient plier comme du linge ?
Volonté de perpétuer le mythe de Yékini…
Non Tapha, ce que tu dis relève d’une simple volonté de perpétuer un mythe, celui de Yékini invincible. Il a gagné des combats, il en a perdu tout au long de son parcours, même si sa défaite dans l’arène paraissait impossible. N’oubliez pas qu’il avait perdu devant Tyson, devant Zale Lô, en championnat d’Afrique etc. Yékini est un lutteur génial, mais il ne sert à rien de faire la publicité de Thiobong car si ce village savait créer des invincibles, ses fils seraient les plus grands champions de l’arène nationale. Au fait Tapha, quel grand champion était/est de Thiobong ?
Avec Arenebi

Aucun commentaire: